Mali: Après la Cedeao, l’UA met la pression au CNSP

Les organisations africaines semble ne pas vouloir de militaire à la tête du Mali. Après la Cedeao, c’est le conseil paix et sécurité de l’Union africaine qui exige que la transition dans ce soit dirigé par un civil.

Réuni ce jeudi 17 septembre 2020, le conseil paix et sécurité de l’Union Africaine veut une « transition rapide menée par un civil » et un « retour à l’ordre constitutionnel ».

Selon un diplomate africain interrogé par la RFI « il s’agit de ne pas laisser penser qu’un coup d’État est une méthode acceptable. Les chefs d’Etat ont peur de la contagion ». Et pour lui « c’est ce qui expliquerait leur mobilisation extraordinaire ».

Si les le Colonel Assimi Goïta et ses camarades ne plient pas à cette volonté de l’organisme continentale, un « embargo total » pourrait dans ce cas frapper le Mali.

Il faut également rappeler que le 19 août dernier, l’UA avait suspendu le Mali de l’organisation au lendemain du coup d’État.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
26 + 29 =