International

Un serpent iridescent aux écailles fluorescentes découvert au Vietnam

Des scientifiques américains et vietnamiens ont découvert une nouvelle espèce de serpent iridescent au Vietnam. L’animal a la peau sombre et iridescente et possède des écailles allant du bleu au vert, selon la lumière.

La découverte a eu lieu en 2019, mais les chercheurs du Smithsonian et de l’Académie des sciences et des technologies du Vietnam ont publié leurs conclusions dans la revue spécialisée Copeia ce lundi 7 décembre.

“C’était un moment vraiment passionnant”, a déclaré Aryeh Miller, l’un des chercheurs, dans un article publié sur le blog de l’établissement. “Le spécimen a l’air très différent. Tellement différent, en fait, que nous n’avons pas su immédiatement ce que c’était”.

Les scientifiques ont repéré ce serpent pour la première fois dans la province de Ha Giang, au nord du Vietnam, à la frontière avec la Chine. Ils ont tout de suite remarqué que l’animal ne possédait pas de photorécepteurs de lumière vive dans les yeux, ce qui suggère qu’il vit sous terre ou sous les feuilles. Ces types de serpents sont particulièrement difficiles à trouver en raison de leur vie sous la surface.

Ils ont également rapidement réalisé qu’il s’agissait d’une espèce appartenant au rare genre Achalinus, également connu sous le nom de “serpents à écailles impaires”, car leurs écailles ne se chevauchent pas comme la plupart des serpents, mais sont plutôt étalées sur leur corps. Jusqu’à présent, ce genre ne comptait que 13 espèces connues, dont six originaires du Vietnam.

Les chercheurs espèrent que ce serpent, qu’ils ont baptisé Achalinus zugorum, pourra leur en apprendre davantage sur ce genre méconnu, qui a une apparence et un comportement très différents de ceux des autres serpents.

Après leurs recherches sur place, les scientifiques ont ramené le spécimen au Smithsonian, aux États-Unis, où ils ont prélevé et séquencé son ADN. Le serpent sera bientôt renvoyé au Vietnam.

Dans cette étude, le groupe de recherche a également mis en évidence les dangers qui menacent la biodiversité et les écosystèmes du Vietnam, tels que l’exploitation des carrières, la déforestation et la surexploitation des espèces. “Cela se passe tellement vite que nous ne pouvons pas suivre”, a déclaré Aryeh Miller. “Certaines des espèces uniques à cette région ont disparu avant même d’avoir été décrites”.

Les découvertes comme celles-ci peuvent mieux informer les politiques de conservation et les stratégies de gestion, ajoute l’étude. C’est le seul moyen d’“assurer la survie à long terme de ces énigmatiques serpents face aux menaces existentielles”.

7sur7.be

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
10 + 4 =


Bouton retour en haut de la page