Violences / 2ème journée de Ligue 1: Le président de l’As Pikine met en garde les supporters du Jaraaf

0
Suite aux échauffourées notées entre  les supporters de l’As Pikine et ceux du Jaraaf  lors du match de la deuxième journée qui opposait les banlieusards et les insulaires au stade Iba mar Diop, les dirigeants de l’As Pikine ne comprennent toujours pas l’implication des Médinois dans ce match. Ces derniers ont fait face à la presse pour se prononcer sur la situation préoccupante qui refait surface chaque année.

En effet, ils estiment que les supporters du Jaraaf sont à l’origine des affrontements. « Certains jeunes en maillot du Jaraaf ont été aperçus dans les tribunes et ont été pris en flagrante situation d’échange d’invectives et de propos malveillants avec les supporters de Pikine. La moyenne d’âge des lanceurs de pierres (18 et 25 ans)  est très loin du profil du supporter du club insulaire d’un âge assez avancé », martèle le président de l’As Pikine, Mamadou Gueye, pour prévenir pareille situation dans le football local. Et cela, dit-il, risque de ternir l’image du football local. Les banlieusards tirent la sonnette d’alarme et mettent en garde les personnes mal intentionnées. « Nous alertons les autorités du Jaraaf sur cette tentative de sabotage de leurs supporters même si nous saluons ce communiqué responsable et cet appel à cultiver la paix, le fair-play et la fraternité entre nos deux clubs. Nous lançons un message à la retenue de nos groupes de supporters pour ne pas répondre à la violence, non comme un sentiment de peur mais de responsabilité en direction de la protection et du développement du football local », dit-il.

Ces dirigeants regrettent les scènes de violence occasionnant quatre blessés du côté des supporters Pikinois. Ainsi, ils exigent que la ligue pro mette en place une commission d’enquête pour situer les responsabilités des uns et des autres afin que la paix puisse régner dans le football au grand bonheur des amateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.